ACTUALITÉS ASIATIQUES

  • L'ancien président des États-Unis a proposé au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un d'embarquer à bord de l'avion présidentiel américain Air Force One pour rentrer à Pyongyang après leur rencontre au sommet de Hanoï en 2019, rapporte un documentaire de la BBC.
  • Une affaire judiciaire en cours expose une conséquence inattendue de la pandémie de coronavirus et de la crise économique qu’elle a engendré en Malaisie : la police vient d'arrêter le créateur de « Sugar Book», une application de rencontre mettant en relation des « Sugar Daddies » et des « Sugar Babies , des hommes riches qui entretiennent financièrement des femmes beaucoup plus jeune en échange de relations sexuelles. 
  • Près de 20 ans après le début de l'intervention internationale en Afghanistan, et alors que l'Otan réfléchit à son retrait complet, entretien avec le chercheur à l'Iris et ancien diplomate Georges Lefeuvre.
  • La junte birmane a durci le ton après un week-end de violences sanglantes en avertissant les manifestants qu'ils risquaient d'en mourir, ce qui n'a pas dissuadé ce lundi 22 février des milliers de personnes de descendre encore dans les rues.
  • En Birmanie, la journée de samedi 20 février a été la plus sanglante, avec deux morts. Trois semaines après le putsch, l’armée semble insensible aux condamnations internationales et aux sanctions annoncées par certains pays. Vers quoi se dirige-t-on au Myanmar, comment tout cela va-t-il finir ? Pour faire le point sur cette situation, Sophie Boisseau du Rocher, chercheuse au Centre Asie de l’Institut français de relations internationales répond en ligne aux questions de Jean-Baptiste Marot.
  • Une douzaine de personnes ont reçu ce dimanche 21 février leur première dose du vaccin contre le coronavirus, alors que la campagne officielle de vaccination commence lundi dans le pays. Parmi les premiers servis, le Premier ministre Scott Morrison qui a ainsi voulu montrer l’exemple. Des doutes existent au sein de la population quant au caractère inoffensif de ce vaccin, même s’ils sont bien plus faibles qu’en France, par exemple.
  • Les premiers manifestants tués ne découragent pas le vaste mouvement de désobéissance civile. Les rassemblements de milliers de personnes ont repris à Rangoun et Mandalay ce dimanche 21 février, jour des funérailles de la première victime de la répression militaire, une épicière de 20 ans devenue une icône de la résistance anti-junte.
  • Le « Love Jihad » est une expression qui fait florès en Inde depuis dix ans. Elle décrit une pratique dénoncée par les nationalistes hindous, bien qu'imaginaire. Des hommes musulmans essaieraient d’épouser des femmes hindoues pour les convertir à l’islam et faire des enfants musulmans. Certains États dirigés par le BJP, le parti nationaliste au pouvoir en Inde, sont en train d’adopter des lois pour combattre ce « Love Jihad » imaginaire. Résultat : les couples mixtes sont harcelés encore plus qu’avant.
  • Vendredi 19 février, huit mois après des affrontements entre ses soldats et des militaires indiens à la frontière himalayenne, la Chine a fait état de quatre morts dans ses rangs et diffusé des images de ces combats. Entretien avec Jean-Luc Racine, directeur de recherches au CNRS et spécialiste de l'Asie.
  • Deux personnes ont été tuées et au moins une trentaine ont été blessées ce samedi 20 février à Mandalay, deuxième ville de Birmanie, lorsque des policiers ont tiré sur des manifestants qui protestaient contre la junte. Plusieurs milliers de contestataires sont de nouveau descendus dans les rues de Rangoun, la capitale économique.